La Chlamydia est une infection bactérienne provoquée par la bactérie « Chlamydia trachomatis ». Cette maladie sexuellement transmissible (MST) malheureusement peu connue du grand public est pourtant très répandue et gagne du terrain. C'est ainsi la MST la plus fréquente et le nombre d'infections aurait ainsi triplé entre 1997 et 2011. On estime ainsi qu'une femme sur vingt sexuellement active est infectée. Cette infection est la première MST à affecter les jeunes de 15/25 ans. 

Evolution des infections à la Chlamydia déspistées dans le réseau Rénachla evolution chlamydia

Pourquoi une telle méconnaissance ? Peut-être parce qu'on la surnomme « l'infection silencieuse » : la chlamydia est en effet dans bien des cas asymptomatique. D'après les estimations, pas moins de 75 % des femmes infectées ne s'en rendent compte uniquement lorsque apparaissent les complications. Cependant, certains symptômes permettent d'identifier une possible infection et certaines précautions permettent quant à elles d'éviter toute contagion. Or, identifiée tôt, la Chlamydia se soigne sans difficulté majeure mais dans le cas contraire elle peut entraîner de sévères complications. Nous faisons un point complet sur la chlamydia chez la femme.

La Chlamydia chez la femme : quels symptômes ?

Dans bien des cas donc, la Chlamydia est une infection asymptomatique. Difficile à identifier, vous devez par conséquent être particulièrement attentif aux symptômes suivants. Ils pourraient bien démontrer une infection à la fameuse bactérie. En cas de doute, il est toujours recommandé d'effectuer un test. En effet, la bactérie peut se transmettre en l'absence de symptômes. Ces symptômes peuvent qui plus est être absents ou se manifester de façon intermittente. Ils peuvent ainsi se manifester 5 à 10 jours après un rapports sexuels contaminants mais bien plus de temps peut passer sans aucun indice de contagion. On vous le répète encore une fois, dans 40 à 75 % des cas,  l'infection chlamydia est asymptomatique. Le nombre réel de personne infectée est donc particulièrement difficile à évaluer d'autant plus qu'il varie beaucoup en fonction de l'âge, du sexe ou encore de la situation géographique.

La chlamydia chez la femme chlamydia chez la femme

Parmi les symptômes les plus fréquents et qui peuvent donc résulter d'une infection à la chlamydia, on trouve : 

Les symptômes génitaux :

  • apparition de sécrétions vaginales : ces sécrétions inhabituelles peuvent être d'une odeur plus désagréable, d'une texture jamais observée ou encore d'une couleur (jaunâtre, blanchâtre) plus foncée
  • saignements entre les règles ou lors de relations sexuelles
  • douleurs vaginales : elles peuvent apparaître lors des rapports sexuels ou de la miction. Dans ce cas elle sont comparables à des sensations de brûlures comme lors d'une mycose
  • urgence à uriner
  • inflammation du col de l'utérus ou infection (cervicite)
  • douleurs, saignements, picotements, sécrétions au niveau du rectum : l'infection de la chlamydia peut être vaginale et s'être étendue au rectum, elle peut être située au niveau du rectum en cas de rapports sexuels annaux

Les autres symptômes :

Bien que MST, les symptômes de la chlamydia ne se limitent pas qu'au niveau des organes génitaux. En effet, ils peuvent se manifester d'autre manière et également dans d'autres parties du corps comme par exemple : 

  • douleurs au niveau du dos, du pelvis, de l'abdomen : au début bénigne ces douleurs vont progressivement augmenter. Ces douleurs démontrent que l'infection progresse rendant le bas de l'abdomen plus sensible ou affectant finalement les trompes de Fallope depuis le col de l'utérus
  • douleurs au niveau de la gorge : l'infection peut en effet se transmettre du pénis à la bouche en cas de rapports oraux. Des douleurs peuvent donc être ressenties au niveau de la gorge
  • apparition de fièvre, de nausées : souvent les femmes infectées vont avoir de la fièvre ou être prises de nausées à plus forte raison si l'infection à progresser jusqu'aux trompes de Fallope
  • Bartholinite : présentes des deux côtés de l'ouverture du vagin, les glandes de Bartholin sont responsables de la lubrification de ce dernier lors des rapports sexuels. Si ces glandes sont infectées par Chlamydia, elles peuvent se bloquer et provoquer un kyste ou un abcès. Rouges et douloureux, ces abcès peuvent être à l'origine d'une fièvre sévère

Chlamydia chez la femme, quelles complications ? 

Si l'infection à la chlamydia est non ou mal traitée, elle peut entraîner de sérieuses complications. C'est d'autant plus regrettable que prise en charge précocement, l'infection se guérit généralement sans difficulté majeure. 

Chez la femme, la chlamydia vaginale non traitée va se propager du vagin vers le col de l'utérus puis les trompes de Fallope. Elle peut donc entraîner des risques de : 

  • maladie pelvienne infectieuse inflammatoire
  • douleurs pelviennes chroniques
  • grossesses ectopiques
  • infertilité

Dans certains cas, plus rares, aussi bien chez l'homme que chez la femme, l'infection peut se propager par voie sanguine au niveau des articulations. Les articulations vont alors s'enflammer. On parle du syndrome de : Fiessinger-Leroy-Reiters. De plus, l'infection Chlamydia va également augmenter les risques d'infection au VIH.

Enfin, une femme enceinte infectée peut infecter le nouveau-né lors de l'accouchement. Ce dernier pourra alors souffrir d'une pneumonie (infection pulmonaire) ou d'une conjonctivite (infection oculaire).

Les causes de la Chlamydia chez la femme

La chlamydia est une maladie sexuellement transmissible qui peut se transmettre lors de rapports sexuels : 

  • vaginaux
  • annaux 
  • oraux

Par conséquent plus les rapports non protégés avec des partenaires différents se multiplient plus les risques augmentent. L'infection se produit lorsque la bactérie est en contact avec une muqueuse. Elle peut donc également se transmettre avec l'échange de « sextoys ou objets sexuels ». 

Notez que la transmission lors de rapports entre bouche et pénis est moins fréquente en comparaison aux contagions lors de rapports anaux ou vaginaux, mais elle est bel et bien possible. L'infection lors d'un rapport entre la bouche et l'anus ou le vagin n'aurait par contre pas encore été rapportée.

Quel traitement ?

Plus l'infection est diagnostiquée de manière précoce et plus le traitement adapté est prescrit, plus ce dernier est efficace et moins l'infection se propage. Les complications sévères que peut entraîner cette maladie sont donc évitées.

Simple et efficace, le traitement de la chlamydia chez la femme se résume à la prise unique d'un antibiotique : l'azithromycine. Cependant, c'est au médecin d'adapter dose et durée du traitement qui peut varier en fonction de la gravité de l'infection et des particularités de chaque patient. La doxycycline est un antibiotique qui peut également être prescrit. 

Azithromycin

Si les symptômes persistent une à deux semaines après que le traitement soit terminé, il est vivement recommandé de consulter de nouveau un médecin. 

Durant toute la durée du traitement et une semaine après que ce dernier soit terminé, il est conseillé de ne pas avoir de relation sexuelle. 

Une consultation de contrôle sera effectuée 3 à 4 semaines après le traitement pour s'assurer que l'infection a bel et bien été éliminée.

Quelles mesures préventives ?

Etant donné que jusqu'à 70 %  des cas, les porteurs de la Chlamydia ignorent qu'ils le sont, la première mesure préventive à mettre en place est d'effectuer un test de dépistage pour savoir si l'on est infecté ou non par la bactérie. Ce test peut être effectué de deux manières : 

  • Prélèvement avec coton-tige au niveau de la gorge ou dans la zone génitale infectée. Cet échantillon prélevé au niveau du vagin, du col de l'utérus ou du rectum sera ensuite analysé.
  • Échantillon d'urine qui sera lui aussi envoyé à analyser

Il est également conseillé d'avoir des rapports sexuels protégés en utilisant un préservatif et de protéger de la même manière les sextoys en cas d'échange. 
Un test devrait être effectué systématiquement en cas de rapports sexuels non protégé. En cas de résultat positif, il est important de prévenir ses anciens partenaires afin qu'ils puissent également se soigner. Même chose avec votre partenaire actuel afin qu'il se soigne et que vous ne vous infectiez pas mutuellement. 

Sources:

Dernière mise à jour le : 17.07.2017