La Chlamydia chez l'homme fait référence à une infection bactérienne, bactérie qui lui a donné son nom : la « chlamydia trachomatis ». 

Il s'agit d'une infection sexuellement transmissible qui touche aussi bien les hommes que les femmes. Ces dernières vont cependant la signaler plus fréquemment. Bien que mal connue, il s'agit pourtant de l'IST la plus fréquente en Europe et en Amérique du Nord.

Nous avons donc décidé de vous présenter aujourd'hui celle que l'on surnomme « The Silent infection » ou « L'infection silencieuse ». Les symptômes de l'infection passent en effet la plupart du temps complètement inaperçus et dans bien des cas la Chlamydia est asymptomatique. On estime ainsi que 25 à 50 % des infections à la Chlamydia sont tout simplement méconnues.

Evolution des infections à la Chlamydia déspistées dans le réseau Rénachla evolution chlamydia

Face à cette méconnaissance, les contagions persistent donc et ont même tendance à augmenter depuis une quinzaine d'années. Les plus touchés sont les adolescents et les jeunes âgés de 15 à 24 ans. 

Nous vous disons l'essentiel sur cette bactérie qui, bien que minuscule peut entraîner dans certains cas de graves conséquences. C'est d'autant plus regrettable car traitée rapidement, l'infection est soignée plutôt facilement.

Chlamydia chez l'homme : quels symptômes ?

Comme on vous le disait, cette infection est « silencieuse ». Les symptômes de la Chlamydia sont souvent difficiles à détecter. De plus, ils sont également peu fréquents et se manifestent de manière aléatoire. Par conséquent, beaucoup d'hommes croient tout simplement qu'ils ne sont pas infectés. De plus, 50 % d'entre eux ne présentent en réalité aucun signe d'infection.

Les symptômes se manifestent souvent en premier lieu au niveau de l'urètre.

Parmi ces symptômes, on note :

  • écoulement blanc et/ou jaunâtre, aqueux 
  • trouble situé à la pointe du pénis
  • sensation désagréable comme une « brûlure » au moment d'uriner
  • inflammation
  • douleur dans et autour des testicules

Mais attention, bien que la Chlamydia est une IST, l'infection ne se manifeste pas qu'au niveau des organes génitaux. La Chlamydia peut en effet  affecter :

  • les yeux : conjonctivite
  • l'anus : saignements et douleurs rectales
  • la gorge : infection

De manière générale, les symptômes ici décrits se manifestent environ trois semaines après l'incubation de la bactérie. Chez certains, les symptômes vont cependant se manifester plus tardivement. Enfin, d'autres ne se rendront tout simplement pas compte qu'ils sont infectés. On vous le rappelle, jusqu'à un homme sur deux ignore qu'il est infecté.

Les complications de la Chlamydia chez l'homme

Comme on vous le disait l'infection peut être facilement soignée. Cependant, si un traitement n'est pas rapidement adopté, l'infection à la Chlamydia peut entraîner de sérieuses complications listées dans le tableau ci dessous :

Prostatite infectieuse ou inflammation de la prostate Lymphogranulomatose génitale qui peut être à l'origine d'ulcère génitale
Epididymite ou inflammation de l'épididyme, il s'agit d'une sorte de « tuyau » situé à l'arrière des testicules qui permet d'emmagasiner et de transporter le sperme Infection du rectum : démangeaisons, hémorragies, douleur lors de la selle, écoulement comparable à du mucus
Conjonctivite voire Syndrome de Reiter, il s'agit type d'arthrite réactionnelle qui endommage l'articulation des yeux Stérilité dans la mesure où l'infection située au niveau de l'urètre se transmet aux testicules

Si elle n'est pas traitée de manière adéquate, la Chlamydia peut donc provoquer l'infertilité masculine. L'infertilité masculine peut alors être due à un endommagement des voies reproductives notamment l'épididyme. De plus, l'infection va également baisser la qualité du sperme. On estime ainsi que les hommes infectés par la Chlamydia vont produire des spermatozoïdes présentant 80 % d'anomalies physiques supplémentaires. Les spermatozoïdes auront également une mobilité inférieure de 10 % par rapport aux spermatozoïdes d'un homme non-infecté. Les spermatozoïdes vont aussi présenter un niveau de fragmentation de l'ADN 3 fois supérieur. C'est-à-dire que le matériel génétique est trop « détendu » et qu'il est donc plus long et plus fragile : les gênes peuvent par conséquent se « casser » plus facilement.

Les causes de la Chlamydia chez l'homme

Mal connue mais pourtant très répandue... Voilà la principale cause de sa propagation : l'ignorance. Comme les porteurs de la bactérie ignorent bien souvent qu'ils le sont, ils ne se protègent pas et ne se soignent pas. La bactérie va donc se transmettre lors de rapports sexuels non-protégés. La Chlamydia peut ainsi être transmise via des relations :

  • vaginales
  • annales 
  • orales

Elle peut également être transmise en échangeant des « sex-toys » ou jouets sexuels ou de manière plus générale par l'échange de liquides biologiques ou de contact avec les muqueuses. La Chlamydia n'aurait cependant pas été transmise via cunnilingus ou contact bouche/anus. 

Quel traitement contre la Chlamydia ?

La Chlamydia, comme on vous l'a déjà dit peut être traitée non seulement facilement mais aussi rapidement. Généralement, la prescription d'un antibiotique va en effet suffire. Dans bien des cas, une dose unique d'antibiotique comme par exemple l'azithromycine est suffisante. Cependant, le choix de l'antibiotique et la durée du traitement va dépendre de la gravité de l'infection et de chaque patient. Il est donc très important de respecter les doses prescrites par votre médecin et de suivre l'intégralité du traitement prescrit.

Azithromycin

Si les symptômes n'ont pas disparu après une voire deux semaines suite à la fin du traitement, il est impératif de consulter de nouveau un médecin. 

Durant la durée du traitement et une semaine après que celui-ci soit terminé, il est également recommandé de ne pas avoir de relation sexuelle. Généralement un contrôle a lieu 3 à 4 semaines après la fin du traitement pour s'assurer que l'infection a bel et bien été éliminée.

Comment prévenir la Chlamydia ?

Etant donné que dans bien des cas le porteur ignore qu'il l'est, diverses mesures de précaution peuvent être mises en place afin d’éviter de contracter ou de propager l'infection bactérienne. Il est ainsi recommandé de :

  • utiliser des préservatifs aussi bien pour les rapports vaginaux que oraux ou anaux.
  • protéger les sex-toys avec un préservatif
  • faire un test avant tout rapport sexuel non-protégé avec un nouveau partenaire

De plus, si vous avez eu récemment des rapports sexuels non-protégés avec un nouveau partenaire ou si vous n'avez jamais effectué un test, il est recommandé de le faire. Le test se base sur un échantillon d'urine ou éventuellement d'un écouvillon rectal ou de la gorge qui sera ensuite analysé en laboratoire. En cas de résultat positif, il est très important de contacter les partenaires avec qui vous avez eu des relations sexuelles non-protégées et d'adopter toutes les mesures de précautions possibles pour éviter toute propagation.

Sources:

Dernière mise à jour le : 13.07.2017