Lorsque l'on parle d'acné, généralement on pense à l'adolescence. Mais pourtant les fameux boutons disgracieux n'apparaissent pas qu'à cette période de la vie. Et les personnes qui souffrent de ce problème de peau sont loin d'être des cas isolés. 

D'après la Société Française de Dermatologie, pas moins de 15 millions de personnes en France souffriraient de ce genre de problèmes de peau, dont 25 % d'adultes. Et d'après les estimations au moins 20 % des femmes âgées de 20 à 40 ans souffriraient de problèmes d'acné à des degrés divers. Beaucoup de monde est donc directement concerné par cette problématique.  

Des traitements plus ou moins efficaces et plus ou moins agressifs existent pour soigner ces problèmes de peau mais la contraception semblerait aussi pouvoir avoir un rôle à jouer. Alors qu'en est-il vraiment ? Est-ce que la contraception et plus encore la pilule peut vraiment diminuer l'acné ou au contraire l'augmenter ? Nous faisons un point rapide sur la question.

La contraception : une histoire d'hormones...

Il convient de préciser que lorsque l'on parle de contraception, on parle à la fois de la pilule mais également des patchs, des DIU, des implants, etc. Que certaines stratégies contraceptives se basent sur les hormones et que d'autres non. Il faut également préciser que les hormones utilisées et leurs dosages varient en fonction des traitements et des marques. Enfin que chaque femme va réagir différemment en fonction du traitement prescrit, de son âge, des ses antécédents, etc.

Autant de facteurs variables qui empêchent donc de faire des généralités du genre : «  ma contraception m'a donné de l'acné » ou encore « depuis que je prends la pilule, mes boutons ont disparu ».

Ce qui est sûr c'est que l'ajout d'hormones dans l'organisme a des conséquences. Les effets secondaires de la contraception orale par exemple sont en réalité très nombreux. Afin de vous fournir une information plus précise, nous allons donc nous concentrer ici sur la contraception la plus utilisée chez les femmes françaises : la pilule.

L'acné en quelques mots...

Tous le monde voit de quoi l'on parle lorsque l'on dit acné : des boutons, des pustules et autres points noirs qui apparaissent généralement sur le visage, le haut du dos, la poitrine. Dans bien des cas, ces imperfections épidermiques ne sont pas excessives. Cependant chez certaines personnes, en plus de l'aspect esthétique, l'acné peut enflammer la peau, devenir douloureux, laisser des cicatrices. Les problèmes d'acné peuvent devenir très handicapants dans la vie quotidienne à plus forte raison lorsque l'on est adolescent. Les boutons peuvent générer moqueries, mauvaise image de soi, perte de confiance en soi, isolement social, etc.

L'apparition des boutons est due à l'obstruction des pores de la peau et glandes sébacées conjointement à une augmentation de la production du sébum.

Les femmes seraient plus particulièrement touchées par ce genre de problèmes de peau à cause des variations hormonales. Il n'est donc pas rare de voir des poussées d'acné particulièrement virulentes lors de changement hormonaux importants. Par exemple lors des menstruations et plus encore au moment de la grossesse.

Les différents types d'acne

Pilule et acné, couple gagnant ?

Comme on vous l'a expliqué, ce genre de généralité est dangereuse car de multiples facteurs sont à prendre en compte. Il n'existe pas de règle absolue. Cependant, certains types de pilules vont favoriser l'acné tandis que d'autres auraient tendance à le diminuer.

Il faut ainsi savoir que les pilules progestatives, c'est à dire qui ne contiennent que de la progestérone peuvent stimuler la production de sébum. En augmentant la production de sébum, ces pilules peuvent donc provoquer ou même aggraver l'acné.

A l'inverse, les pilules dites œstroprogestatives ou pilules combinées vont quant à elles avoir tendance à diminuer l'acné. Ces pilules contiennent œstrogène et progestérone, cette combinaison d'hormones va avoir tendance à diminuer la production de sébum en freinant l'activité des glandes sébacées. Par conséquent c'est ce type de pilules qui sont susceptibles de réguler voire de diminuer l'apparition d'acné.

Conscient de cette capacité régulatrice, les laboratoires se sont penchés sur cet effet secondaire positif. Ainsi les pilules contraceptives de 4 ° génération contiendraient de  nouveaux progestatifs qui présenteraient un effet anti-acné. 

Et la micropilule?

C'est l'autre nom donné aux pilules progestatives ou microprogestatives. Et comme on vient de vous l'expliquer, ce type de pilule peut stimuler l'apparition des symptômes liés à l'acné. La progestérone qu'elles contiennent peut en effet stimuler la production de sébum.

Si ce type de pilule peut donc augmenter l'acné, ça ne signifie pas pour autant que vous allez développer de l'acné en prenant ce type de pilule. Cependant, si vous souffrez de problèmes de peau votre médecin ne vous prescrira certainement pas ce genre de pilule.

La pilule, le meilleur traitement contre l'acné ?

Bien sûr que non ! Vous n'êtes bien évidemment pas obligé de prendre la pilule pour soigner vos problèmes de peau. Des traitements efficaces existent tels que crèmes et autres traitement antibiotiques notamment. 

La pilule est d'ailleurs prescrite en première intention comme contraceptif. Et en tant que médicament elle ne peut être administrée à la légère. La pilule comme tous les médicaments présentent en effet leurs lots d'effets secondaires indésirables. C'est d'ailleurs pour cette raison que les pilules de deuxième génération sont prescrites en première intention par rapport aux pilules de quatrième génération. Si elles seraient plus efficaces contre l'acné, ces dernières augmenteraient les risques de problèmes vasculaires. 

Autrement dit, le choix de sa pilule pour espérer voir son acné diminuer ne peut se faire qu'après évaluation des bénéfices/risques par un professionnel de santé comme un gynécologue ou une sage-femme par exemple. Un bilan de santé complet doit en effet être effectué au préalable. 

Pilule contre l'acné : des pistes prometteuses

Si la pilule n'est donc pas présentée comme traitement contre l'acné, d'ici peu, les choses pourraient changer. Une récente étude publiée dans le Journal de l'académie américaine de dermatologie démontre en effet que certaines associations de pilules œstroprogestatives seraient aussi efficaces que les traitements antibiotiques pour soigner les problèmes d'acnés chroniques sur le long terme. La première option réduirait ainsi de 55 % les lésions épidermiques au bout de 6 mois tandis que la seconde 53 %.

De même, d'après l'ANSM, certaines pilules pourraient d'ores et déjà obtenir une double indication : méthode contraceptive et traitement anti-acnéique. Il faudrait cependant que les laboratoires en fassent la demande et que des études soient menées.

Sources:

Dernière mise à jour le : 07.09.2017